Être jeune, c’est voter à gauche. Ce théorème, pour caricatural qu’il soit, fut pourtant validé dans les urnes. La jeunesse a longtemps accordé très majoritairement ses suffrages à la gauche. Le différentiel entre le vote des jeunes et celui de l’ensemble des Français fut souvent supérieur à 10 points. En 2007, par exemple, les 18-25 ans avaient accordé 11 points de plus à la candidate socialiste au second tour de la présidentielle que la moyenne des Français (58 % contre 47 %). Or, François Hollande, comme la gauche dans son ensemble, ne bénéficie plus du soutien de la jeunesse. En 2012, les jeunes s’apprêtent même à voter plus à droite que leurs parents.

En 2012, les jeunes s’apprêtent à voter plus à droite que leurs parents

Tags:
A propos de l'auteur
Olivier Vial

Directeur du CERU.

Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.

Après des études à Grenoble, où il obtient une maitrise d’économie, Olivier Vial poursuit ses études à l’Institut Français de Presse (IFP) à Paris.

Il a été élu au conseil d’administration du CNOUS, de 2000 à 2002. Il a également été membre de la section des "questions économiques générales et de la conjoncture" du conseil économique et social.

Il a, notamment, publié "l’école malade de l’égalitarisme". Il est également président de l’UNI.