Être jeune, c’est voter à gauche. Ce théorème, pour caricatural qu’il soit, fut pourtant validé dans les urnes. La jeunesse a longtemps accordé très majoritairement ses suffrages à la gauche. Le différentiel entre le vote des jeunes et celui de l’ensemble des Français fut souvent supérieur à 10 points. En 2007, par exemple, les 18-25 ans avaient accordé 11 points de plus à la candidate socialiste au second tour de la présidentielle que la moyenne des Français (58 % contre 47 %). Or, François Hollande, comme la gauche dans son ensemble, ne bénéficie plus du soutien de la jeunesse. En 2012, les jeunes s’apprêtent même à voter plus à droite que leurs parents.

En 2012, les jeunes s’apprêtent à voter plus à droite que leurs parents

Tags:
A propos de l'auteur
Olivier Vial

Olivier Vial est président de l’UNI et directeur du CERU – centre d’études et de recherches universitaires (Le labo d’idées universitaire).

Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.

Après des études à Grenoble, où il obtient une maitrise d’économie, Olivier Vial poursuit ses études à l’Institut Français de Presse (IFP) à Paris.

Il a été élu au conseil d’administration du CNOUS, de 2000 à 2002. Il a également été membre de la section des "questions économiques générales et de la conjoncture" du conseil économique et social.

Il contribue au site Atlantico.

Il a publié "l’école malade de l’égalitarisme".