A l’occasion du congrès de la PEEP, Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation nationale, a annoncé qu’il souhaitait " faire évoluer la notation pour qu’elle ne soit plus perçue comme une sanction" invitant à un "changement de pédagogie" afin de du placer le "bien-être des élèves" au cœur du projet scolaire.
Cette idée, qui aboutirait inévitablement à la suppression des notes, a bénéficié depuis deux ans d’une campagne de promotion menée par des associations et des personnalités proches des mouvements nés des théories de la Nouvelle éducation. Si la proposition semble populaire dans ces milieux, elle n’a jamais prouvé son efficacité et est de plus en plus abandonné par ceux qui l’ont expérimenté.

Supprimer les notes, une illusion dangereuse. Note Répliques du CERU - Juin 2012

Tags:
A propos de l'auteur
Olivier Vial

Olivier Vial est président de l’UNI et directeur du CERU – centre d’études et de recherches universitaires (Le labo d’idées universitaire).

Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.

Après des études à Grenoble, où il obtient une maitrise d’économie, Olivier Vial poursuit ses études à l’Institut Français de Presse (IFP) à Paris.

Il a été élu au conseil d’administration du CNOUS, de 2000 à 2002. Il a également été membre de la section des "questions économiques générales et de la conjoncture" du conseil économique et social.

Il contribue au site Atlantico.

Il a publié "l’école malade de l’égalitarisme".