Après Daniel Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, Cécile Duflot, ministre de l’égalité des territoires et du logement, c’est au tour de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale de se déclarer en faveur de la dépénalisation du cannabis.

Alors que cette idée progresse au sein du gouvernement, le Pr. Costentin démontre en quoi cette mesure serait dangeureuse pour la jeunesse de notre pays.

Il liste les 20 principaux méfaits avérés du cannabis, allant du cancer du testicule, aux troubles de la mémoire, en passant par de nombreux phénomènes de dépendance psychique et physique.

La folle idée de dépénaliser l’usage du cannabis

Tags:
A propos de l'auteur
Jean COSTENTIN

Docteur en médecine, pharmacien, docteur ès sciences ; Professeur de Pharmacologie - Faculté de Médecine & Pharmacie de Rouen ; Directeur de l’unité de Neuropsychopharmacologie CNRS (1984-2008) ; Directeur de l’unité de Neurobiologie clinique CHU Rouen (1999-2010) ; Membre titulaire des Académies Nationales de Médecine et de Pharmacie ; Président du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT).

Dernier ouvrage paru : Pourquoi il ne faut pas dépénaliser l’usage du cannabis, éditions Odile Jacob, 2012.