CERU

Par Archives CERU

Le 11 octobre 2011 à 11h26

Je partage l'article

L’allocation d’autonomie n’est pas une idée neuve. C’est en 1946, lors du congrès de l’UNEF à Grenoble, qu’est née cette idée avec l’adoption d’une charte visant à reconnaître les étudiants comme de « jeunes travailleurs intellectuels » ayant droit à ce titre à un « présalaire ». Depuis, la gauche agite régulièrement ce projet sans jamais avoir réellement tenté de le mettre en oeuvre.

A l’approche des présidentielles, tous les partis de gauche (du Front de gauche au PS en passant par Europe Ecologie) présentent dans leur projet une variante de cette allocation. Quelles que soient les modalités retenues, ce type de mesure reste « ruineux » pour les finances publiques, injuste socialement et constitue une trappe à inactivité pour les jeunes.

Les 3 pièges de l’allocation d’autonomie

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Comment revaloriser le travail en France ? Web-rencontre avec Samuel Tual

Article lié -

REPLAY | Radicalité, violence, doit-on craindre la montée de l’écologie radicale ?

Article lié -

Dissolution de la cellule Demeter: «La décision du tribunal administratif est une atteinte à l’État de droit»